BAL DES CLANDESTINS

Quatuor,  violon, trombone,  accordéon,  piano – comme une évidence – chamboulent l’essence.

– Comme une évidence – le bras – le journal – la moutarde monte au nez – çà fait mal ! L ‘évidence .

Pour l’amour d’une danse, pas assez de cavaliers, les femmes dansent ensemble, les hommes eux ne le font pas.

Dans un recoin du Yorkshire, Renée, Anaïs, Denise , Louisette dansent à l’envers à l’endroit. Louisette regarde les mains qui bougent, qui se posent, qui cherchent. Aucune ne lui va. Elle se souvient des mains de celui qui écrit, des mains de celui qui parle une autre langue. Une langue a angle droit.

Une évidence, une autre évidence, l’évidence même, un matin, le premier matin de l’année…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s